Comité des pompiers

  • Serge Desbiens

    BPR
    • Numéro de travail
      705 423-2671
    • Téléphone portable
      705 734-4653
    • vp.ont@unde.org

Membres:

LIEN:

INFO:

  • Programme de mieux-être vs test à temps fixe

    À l’issue d’une lutte de six années de la part de ce syndicat pour empêcher le MDN d’imposer des tests d’aptitude physique, nous regrettons de devoir vous informer que les tests en question entreront en vigueur le 1er avril 2000. Une séance de médiation au début de ce mois, à laquelle assistait le Comité directeur national du groupe FR, a échoué.

    Les deux parties ont ratifié un « accord de principe » (annexe A) sur l’établissement d’un comité consultatif du mieux-être, étant donné que nous sommes manifestement favorables à un effectif de pompiers en santé et en forme.

    Le syndicat, cependant, ne peut appuyer les exigences d’un test de l’aptitude physique. Bien que l’UEDN reconnaisse que le DSIFC compte mettre en uvre le test d’aptitude physique (annexe B), l’UEDN estime à ce stade que certains aspects du test sont nocifs pour nos membres. Nous estimons notamment que personne ne devrait être soumis au test à temps fixe. Le test d’aptitude physique présente des risques très graves pour la sécurité et il est de notre devoir de signaler à nos membres ces dangers inhérents.

    Si vous avez la moindre question ou préoccupation à exprimer, veuillez prendre contact avec un membre du Conseil exécutif national.

  • Accord de principe

    Le DSIFC a l’intention de mettre en oeuvre un programme de mieux-être à l’intention des pompiers conçu pour améliorer la santé et le bien-être des pompiers du MDN/FC.

    Dans le cadre de ce programme, le DSIFC en consultation avec l’UEDN établira un Comité consultatif sur le mieux-être formé d’intervenants clés chargés de faire des recommandations ou de donner des conseils sur des questions touchant le bien-être des pompiers. La composition et le mandat de ce comité seront établis d’ici le 1er avril 2000.

    Il est entendu que:

     

    Le Programme de soutien au personnel (PSP) sera le véhicule principal pour la mise en oeuvre du Programme de mieux-être.

    Les éléments de l’initiative « Énergiser les Forces » seront étendus aux pompiers civils dans la mesure du possible.

    Les pompiers devront avoir la possibilité de faire du conditionnement physique une heure par jour ou quart de travail, sous réserve des exigences opérationnelles.

    Les pompiers auront entièrement accès aux installations et aux services du PSP et, chaque fois que cela sera impossible, le DSIFC fera en sorte d’offrir des mesures de rechange (tel que un abonnement payé dans un centre de conditionnement physique).

    Les pompiers devraient avoir accès à des installations de conditionnement physique équipées du matériel adéquat en bon état de fonctionnement et le DSIFC doit faire en sorte de faciliter cette accessibilité.

    Le DSIFC reconnaît la nécessité pour les pompiers de maintenir des habitudes saines dans leur vie quotidienne et il étudiera les possibilités d’atténuer les répercussions négatives d’une éventuelle blessure subie par un pompier pendant qu’il participe à un programme de conditionnement physique sanctionné en dehors des heures de service.

    Le DSIFC, en collaboration avec le comité consultatif, cherchera à apporter des améliorations au processus de test d’aptitude physique mis au point par le personnel médical de Santé Canada.

  • Déclaration (sans préjudice)

    Le Directeur du Service des incendies des Forces canadiennes a l’intention de mettre en oeuvre le test d’aptitude physique à l’intention des pompiers qui a été mis au point par l’Université Queen’s et qui devrait commencer le 1er avril 2000.

    Le BPR de l’Union des employés de la Défense nationale reconnaît les avantages d’un programme de mieux-être à l’intention des pompiers, toutefois il n’est pas en mesure d’appuyer le test d’aptitude physique obligatoire qui est prévu.

    L’UEDN demande au DIFSC de faire tous les efforts raisonnables afin d’atténuer autant que possible l’incidence négative que pourrait avoir sur les membres du syndicat la mise en oeuvre d’un tel test.

    Le DSIFC exprime son intention de faire tout son possible afin d’atténuer ces répercussions.

Procès verbal des réunions