Communiqué de presse: Ce n’est pas suffisant! Les travailleurs et travailleuses de la Défense nationale prennent la parole

Nouvelles De Bureau National Nouvelles UEDN

Pour diffusion immediate                                                             5 mai 2021

 

Ce n’est pas suffisant!

Les travailleurs et travailleuses de la Défense nationale prennent la parole

 

Les employé.e.s syndiqué.e.s du Ministère de la Défense nationale (MDN) ne sont pas très impressionné.e.s par l’annonce du gouvernement de réaliser un nouvel examen sur le harcèlement personnel et sexuel au sein des forces armées et au ministère. Ils et elles prennent aussi publiquement la parole pour raconter leurs propres expériences de harcèlement personnel et sexuel par des gestionnaires et des membres des forces armées canadiennes.

June Winger, présidente nationale de l’Union des employés de la Défense nationale (UEDN), a déclaré que le gouvernement connaissait déjà la nature du problème. « Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle étude. Il est grand temps d’agir, maintenant. Nous exigeons que le gouvernement fédéral fasse les changements nécessaires pour mettre fin immédiatement à cette culture ambiante dangereuse au sein du ministère de la Défense nationale ».

Des membres de partout au pays se sont exprimés publiquement et ont raconté des histoires d’horreur de harcèlement, d’intimidation et d’abus, notamment une membre qui attend depuis 700 jours une réponse à sa plainte. Virginia Vaillancourt, présidente nationale du Syndicat des employé(e)s des Anciens combattants (SEAC), qui représente également des employés civils du ministère, a déclaré que cela était inacceptable. « Nous avons des membres qui attendent depuis presque deux ans que le MDN s’occupe de leur cas et nous entendons maintenant que ça va leur prendre encore 18 mois de plus pour arriver avec un plan. Les membres sont en colère et qui pourrait les blâmer? »

Les représentants syndicaux ont sommé le gouvernement fédéral d’agir immédiatement envers les victimes de harcèlement au ministère. « Des employé.e.s de chaque région appellent maintenant leurs représentants syndicaux pour raconter des histoires terribles de harcèlement et d’abus » dit Winger. « Ils et elles ont été réduit.e.s au silence par peur de voir les abus s’intensifier, par peur de représailles, mais devant le courage des témoins et victimes qui ont partagé leurs expériences d’abus par des membres des forces armées canadiennes avec les parlementaires, ils et elles veulent aussi maintenant partager leurs expériences vécues ».

Parmi les actions exigées, les représentantes syndicales demandent une accélération de toutes les enquêtes en cours; la mise en œuvre complète des politiques de harcèlement; l’assurance que les personnes ayant commis des abus seront poursuivies comme il se doit, y compris tous les employés sous examen des systèmes actuels; et la réalisation des changements systémiques nécessaires pour transformer la culture du MDN.

Elles veulent également que le nouveau Chef – Conduite professionnelle et culture reçoive des pouvoirs élargis pour enquêter et faire des recommandations de mesures disciplinaires à l’encontre de tous les gestionnaires du MDN, qu’ils soient ou non en uniforme. « Si ce nouveau poste annoncé n’est pas indépendant de la chaine de commandement, il ne sera qu’une mesure de façade qui ne pourra pas cacher les blessures et les dommages subis par les employé.e.s et les membres militaires de grades inférieurs » a déclaré Vaillancourt. « Il est temps de panser nos blessures et de bâtir un ministère meilleur pour aujourd’hui et pour demain ».